Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Introduction à la géomorphologie glaciaire PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Vendredi, 08 Janvier 2010 18:47
Version 78 o

Introduction à la Géomorphologie glaciaire

 

Dés la fin de l'ère tertiaire et pendant toute la durée du quaternaire, notre globe a été soumis à une succession de périodes froides, une vingtaine peut-être, au cours desquelles d'immenses glaciers ont recouvert une grande partie des terres actuellement tempérées. Ces glaciations ont eu, à leur apogée, une extension difficilement imaginable : plus du quart des terres émergées étaient alors couvertes de glaces, tant dans l'hémisphère nord que dans l'hémisphère sud.

Un phénomène d'une telle ampleur ne pouvait manquer de laisser de nombreuses traces, en particulier dans nos montagnes. Ces glaciations, tant par leur action érosive que par les dépôts dont elles ont encombré certaines vallées, ont marqué profondément nos paysages, les ont façonnés d'une manière caractéristique.

Certes, les vallées existaient déjà avant l'apparition des premières glaces. Mais les glaciers les ont élargies, ont aiguisé les arêtes et affiné la forme des montagnes, auparavant beaucoup plus massives.

Les paysages non englacés

Voici le type de paysage que nous aurions fréquemment sous les yeux en montagne si les glaciers n'étaient pas passés par là, tout au moins dans les massifs issus d'une tectonique simple, non cassante et dans lesquels l'érosion s'est contenté de dégager les anticlinaux : une succession de lourdes croupes au relief monotone.

Parc National des Abruzzes, Italie

Nous sommes ici en Italie, dans le Parc National des Abruzzes, en un lieu où n'a jamais existé de glacier.
 

Le spectacle serait sensiblement le même dans d'autres massifs qui ne furent jamais englacés :

  • dans la Sierra Nevada (face sud) en Espagne,

  • dans la Sierra del Cadi, petit massif satellite des Pyrénées, également en Espagne,

Les paysages soumis aux glaciers

Mais les glaciers sont passés par là... et voici leur oeuvre dans une des vallées de l'Oisans (Isère), une véritable anthologie des formes glaciaires.

 
Massif de l'Oisans, Vallon des Étages, affluent du Vénéon

Cette photo du Vallon des Étages, affluent du Vénéon, prise de l'Aiguille Centrale du Soreiller, montre la grande variété des formes glaciaires. On y trouve en effet :

      • au premier plan (1), une corne, l'Aiguille Dibona, magnifique obélisque de granite,

      • au second plan, trois horns : de gauche à droite : la Cime de Clot Châtel (2) , la Pointe du Vallon des Étages (3) , la Tête de l'Étret (4)

      • au troisième plan, un autre horn, portant un glacier : les Rouies (5)

      • une vallée glaciaire (6) au profil particulièrement typique (auge en U, épaulements), partiellement remblayée par les éboulis

      • des glaciers de cirque (7) accrochés aux parois.

C'est l'action de ces glaciers sur nos montagnes que nous nous proposons d'étudier ici, après en avoir examiné rapidement les différents types et précisé leurs modes d'érosion.

 
Page suivante : Les Glaciations Quaternaires
Haut de page

Mise à jour le Mercredi, 04 Mars 2015 13:04