Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les glaciers du Rochail PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Mardi, 17 Juillet 2012 11:11

Au sud-ouest du Bourg d'Oisans, sur la rive gauche de la Romanche, examinons le secteur du Rochail.

L'Oisans, secteur du Rochail

Commençons donc ce tour d'horizon par quelques vues de ce secteur du Rochail.

Voici la Tête de Louis XVI en face du petit village de Villard-Reymond.

Ce site est particulièrement instructif car c'est la clé qui donne accès à la compréhension du tracé des glaciers dans ce massif.

La Tête de Louis XVI en Oisans, Isère
Image sensible au passage de la souris
 

À gauche de la Tête de Louis XVI apparaît le col de Corbière (1926 m), qui présente un ensemble de modelés d'origine glaciaire :

Sillons vallonnés au col de Corbière en Oisans, Isère

Entre autres ces sillons vallonnés du versant est du col, peu profonds mais bien marqués, dont le plus élevé cote environ 1950 m.

Ils révèlent le passage d'un glacier dont la surface, 50 m plus haut, atteignait donc sensiblement 2000 m.

 

Ou encore, sur le versant ouest de ce col de Corbière, d'autres sillons vallonnés dont le plus élevé cote également 1950 m, ce qui mène à la même conclusion.

Une ravine de diffluence y prend naissance.

La Tête de Louis XVI en Oisans, Isère
Image sensible au passage de la souris
 

On notera également que le versant est du col présente une pente plus soutenue que son versant ouest, dissymétrie classique montrant qu'il était franchi par une diffluence dans le sens est-ouest. Enfin la Tête de Louis XVI, d'altitude 1982 m, peut être considérée comme le pommeau d'un épaulement de l'arête nord-est de la Tête des Filons, ce qui donne une altitude de la glace à cet endroit de 2030 m.

Ce col de Corbière fournit donc un premier site témoin.

La Croix de Carrelet, Oisans

À deux km à l'est de la Tête de Louis XVI, la Croix du Carrelet (2059 m) est le pommeau d'un épaulement de l'arête nord du Pic du Col d'Ornon, ce qui nous fournit un second site témoin.

Ces deux sites sont répertoriés O1 et O8 sur le tableau ainsi que sur le schéma qui suivent, à côté d'autres sites témoins de ce secteur du Rochail, identifiables tant sur place que par une lecture attentive de la carte.

Sites caractéristiques de l'Oisans : rive gauche de la Romanche, secteur du Rochail

Légende du tableau

Nous avons indiqué en caractères rouges les sites que nous avons reconnus sur place.

Rep

Site

Alt (m)

Alt glac (m)

Type

Dist (km)

Carte TOP25

Carte géol

Coordonnées géographiques

O1

Tête de Louis XVI

1982

2030

SE à pommeau

SVD

84

3336ET

Vizille

6°00'01

45°01'39

O2

Crête de la Croix de la Garde

2144

2190

SE

88

3336ET

Vizille

6°01'08

45°01'00

O3

Côte Dure

2166

2220

SE

87

3336ET

Vizille

6°01'53

45°00'23

O4

Crête de la Croix de la Garde

2201

2250

SE

88

3336ET

Vizille

6°01'01

45°00'46

O5

Arête N Aiguille du Midi

2121

2170

SE

88

3336ET

Vizille

6°02'49

45°00'14

O6

Arête N Aiguille du Midi

2370

2420

SE

88

3336ET

Vizille

6°02'49

45°00'00

O7

Arête N Pic du Col d'Ornon

2419

2470

SE

87

3336ET

Vizille

6°01'42

45°00'09

O8

Croix du Carrelet

2059

2110

SE à pommeau

85

3336ET

Vizille

6°01'34

45°01'27
 
Carte de l'Oisans secteur Rochail
 

Quelques commentaires sur la carte ci-contre :

Le glacier du Rochail (2) était le plus important de ce versant. Il diffluait sur sa rive gauche (Côte Dure), y donnant naissance à un épaulement à pommeau (a) à 2166 m. Sa surface s'élevait donc ici approximativement à 2220 m. Il rejoignait donc le glacier du Pic du Col d'Ornon (3) à cette altitude de 2220 m.

Ces glaces franchissaient, plus au nord, la Crête de la Croix de la Garde (b), pour gagner la combe du Grand Renaud (4), créant ainsi un épaulement à 2201 m. Continuant leur chemin vers l'ouest, elles franchissaient le col de Corbière (5) à 1926 m pour rejoindre celles qui remplissaient la vallée d'Ornon (6).

Circulation des glaces dans l'Oisans - secteur du Rochail

Toutefois, d'autres considérations, qui sont exposées à la page sur la vallée de la Roizonne, montrent que le sens de circulation des glaces sur le col de Corbière (5) pouvait parfois s'inverser et donner le sens de circulation ci-après :

 
Circulation des glaces dans l'Oisans - secteur du Rochail

Cette description se rapporte au mouvement des glaciers qui occupaient chaque vallon. Mais la majeure partie de leurs glaces descendait les talwegs et venait, vers 2200 m, rejoindre le glacier de la Romanche (1).

Sous une surface peu accidentée, les divers courants de glace restaient cependant individualisés, ainsi que nous le verrons plus loin. Seuls émergeaient des glaces les sommets les plus élevés du secteur ainsi que la partie supérieure des arêtes qui en descendaient.

Haut de page
 

Mise à jour le Mercredi, 15 Janvier 2014 09:51