Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les formes d'ablation moyennes
Les sillons rocheux PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Vendredi, 06 Août 2010 11:45
Version 86

Ce sont de courtes gorges, de longueur décamétrique à hectométrique, aux flancs rocheux abrupts, parfois de véritables petits canyons. Leur largeur va de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres, et dans ce cas, quelques maisons peuvent s'y abriter (La Chambotte, Savoie). Ces sillons rocheux sont des formes d'ablation. Quelques exemples : le col sous Pied Moutet (Isère), les Rochers du Chatelard, au-dessus de Séchilienne (Isère), les Déserts de Jean-Jacques Rousseau et de l'Écureuil, près de Grenoble.

N'oublions pas celui, particulièrement instructif, du Pas d'Anna Falque (Hautes-Alpes).

Sillons rocheux du col sous Pied Moutet.

Ces sillons se situent au col, à 2058 m, à la base du versant est de Pied Moutet (vallée du Vénéon, Isère). Des blocs erratiques de roches allochtones ainsi que des stries confirment le passage du glacier. Les flèches indiquent le sens de circulation de la glace (diffluence du glacier du Vénéon vers celui de la Romanche).

Sillons rocheux du col sous Pied Moutet

 
Sillons rocheux des Rochers du Chatelard (vallée de la Romanche, Isère)
Image sensible au passage de la souris

Vue aérienne des sillons rocheux des Rochers du Chatelard (vallée de la Romanche, Isère), au sud de la station de Chamrousse. Altitude 1350 m.

Le passage du glacier de la Romanche par dessus l'arête (flèches) a creusé un grand nombre de sillons (déjà signalés par G. Monjuvent).

 

Un petit sillon rocheux près du Pas de la Coche (Isère) creusé par une diffluence du glacier de la Belle Étoile, affluent de l'Eau d'Olle, par dessus l'arête qui le séparait de la vallée de l'Isère.

Sillon rocheux près du Pas de la Coche en Isère

Mais voici les sillons rocheux les plus étonnants - car nous pensons qu'il s'agit bien là de sillons rocheux d'origine glaciaire - ceux du site bien connu de la presqu'ile de Duingt, qui barre en partie le lac d'Annecy (Haute-Savoie). L'épaulement qui constitue la presqu'île de Duingt est entaillé de trois sillons, marqués ici par des flèches.

Sillons rocheux de la presqu'ile de Duingt sur le lac d'Annecy en Haute-Savoie
Image sensible au passage de la souris
Photo Claude Choisel

De droite à gauche, le premier est occupé par la route, un autre constitue la passe qui isole le château. Enfin, la flèche de gauche signale un dernier sillon, immergé celui-là par 15 m de profondeur, avant un haut-fond proche de la surface, discernable sur la photo et encore mieux sur Google Earth (en faisant un copier-coller de Duingt France).

Qu'on ne s'imagine pas que ces sillons se situent tout au fond de la vallée : le lac présente ici, en effet, une profondeur d'une soixantaine de mètres et, sous le remplissage de sédiments, le fond d'auge se situe encore bien plus bas.

 
La presqu'ile de Duingt sur le lac d'Annecy en Haute-Savoie

Le sillon central, envahi par les eaux du lac, forme la passe qui sépare le château de Duingt de la terre ferme.

Cette photo provient du site Internet d'Annecy Météo

Voir également les pages secondaires suivantes :


Mise à jour le Samedi, 21 Février 2015 16:29