Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les digitations glaciaires PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Mercredi, 31 Mars 2010 10:17
Version 78

Trois exemples de glaciers dont les langues terminales présentent des digitations.

Pour spectaculaire qu'elle soit, cette photo de la langue terminale du glacier Öræfajökull, un des émissaires sud de l'immense Vatnajökull, le plus grand glacier d'Islande (et d'Europe - encore que certains font jouer ce rôle à l'Austfonna, Svalbard/Norvège) risque toutefois de n'être pas pleinement adaptée à appuyer notre propos.

Image Google Earth

La langue terminale du glacier Öræfajökull en Islande

Voir avec Google Earth (coordonnées 63°59'06.71" N 16°36'34.29" O)

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)
 

En effet, les digitations qu'elle émet sont séparées par des reliefs - indiqués ici par des flèches - qui, selon Google Earth, s'élèvent plusieurs centaines de mètres au dessus du sol environnant, ancien sandur du glacier. On peut donc, sans doute à juste titre, penser que ce sont ces reliefs qui ont fragmenté le glacier et que l'existence de digitations n'est pas due - ou pas due uniquement - au recul actuel des glaciers.

L'exemple suivant sera plus convaincant :

Image Google Earth
Langues glaciaires avec digitations en Alaska

Voir avec Google Earth (coordonnées 58°29'05" N, 137°12'10" O)

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)
 

Voici deux glaciers débouchant sur la côte sud de l'Alaska. Pour l'un comme pour l'autre, aucune irrégularité du terrain ne peut être tenue pour responsable des digitations, car les glaciers s'avancent librement sur leurs sandar frontaux, ainsi que le montre un relevé d'altitudes effectué à l'aide de Google Earth.

Pour l'un comme pour l'autre, l'emplacement du vallum terminal (souligné par des pointillés blancs) montre clairement quelle était l'étendue du lobe du glacier lors de son maximum d'extension.

  • Dans le cas du glacier de gauche, le recul a à peine commencé et des digitations commencent à peine à se former.

  • Le recul du glacier de droite est beaucoup plus marqué, de même que les digitations.

Cet exemple montre clairement que le remplacement d'un lobe par des digitations est lié au recul des glaciers.

 

Rendons nous à présent en Patagonie. En fausses couleurs, cette fois, voici un glacier chilien de Patagonie situé par 47° de latitude sud et 73° de longitude ouest. Les flèches blanches indiquent la position du vallum terminal et donc la forme du lobe disparu, remarquablement circulaire.

Document NASA

Digitations sur un glacier chilien en Patagonie

Voir avec Google Earth

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)

Comme la précédente, cette image montre bien que les digitations remplacent le lobe lors de la décrue du glacier, même en l'absence d'irrégularités du sol. Celui-ci plonge dans un lac dont la surface est parsemée d'icebergs. La surface du glacier, particulièrement esthétique, mime la fourrure d'un ours blanc. La couleur rouge correspond à la végétation.

 

Revenons pour terminer en Alaska, pour y admirer la langue terminale de ce glacier.

La langue terminale du glacier Bering en Alaska

Ici également, le glacier (Bering Glacier, bassin versant 5.200 km2) plonge dans un lac (Lac Vitus). La forme de celui-ci laisse deviner celle du lobe qui existait au maximum de la glaciation.

La forme torturée des écoulements est très remarquable. On l'attribue à l'action de plusieurs surges successifs.

Voir avec Google Earth

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)

Quelle peut être l'origine des digitations ?

Glaciers confluents en Alaska

Cette vue d'un glacier alaskien, par 61°59'39" N, 142°59'45" O, montre qu'en aval d'un confluent, les glaces des deux glaciers restent séparées.

Voir avec Google Earth

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)
 
Glaciers confluents en Islande

Cette vue d'un glacier situé, cette fois, en Islande, par 64°06'38" N, 16°22'05" O, conduit à la même conclusion : dans un glacier, même dans ses dernières longueurs, les glaces gardent jalousement leur individualité.

Voir avec Google Earth

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)

Conclusion

Il nous semble donc que l'on peut imputer la formation des digitations qui apparaissent lors de la décrue d'un glacier à l'expression ultime de la différence des provenances - et donc des caractéristiques - de la glace qui le constitue.

Haut de page

Mise à jour le Dimanche, 22 Avril 2012 16:05