Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les sandurs PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Lundi, 01 Août 2011 17:58
Version D69

Sandur ou plaine d'épandage Sandur est un terme générique qui désigne un dépôt fluvio-glaciaire par les eaux s'échappant d'un glacier. Les éléments qui le constituent ont donc été lavés par les eaux qui les ont transportés, et débarrassés ainsi de leurs éléments argileux.
 

Un sandur en Islande

Les sandurs sont nombreux en Islande, tel celui-ci.

Ils renferment une grande partie des éléments transportés par le glacier (sables et graviers), les moraines frontales étant peu importantes. De plus, celles-ci se sont fréquemment emportées par les énormes crues provoquées par les éruptions sous-glaciaires.

 

Plus près de nous, voici le plateau de Champagnier, près de Grenoble (B), délimité par un tireté blanc.

Au premier plan, la basse vallée de la Romanche, avec ses usines chimiques (A). En fin de glaciation würmienne, le glacier de la Romanche envoyait une diffluence qui empruntait, derrière les crêtes soulignées par un pointillé, une vallée en direction d'Uriage (flèche verte).

Les eaux latérale de la rive gauche de cette diffluence s'échappaient de cette vallée par des points bas (flèches jaunes) pour regagner la vallée principale de la Basse Romanche. Elles ont alors déposé cette énorme masse d'alluvions, qui est donc un sandur latéral du glacier diffluent.

Plateau de Champagnier prés de Grenoble en Isère
 
Dépôts lacustres deltaïques

Les éléments constituant ce plateau (sables et graviers) sont naturellement lavés, ce qui a permis l'exploitation artisanale dans laquelle a été prise cette photo, en C sur la photo précédente.

On distingue le pendage des couches, de l'ordre de 25 à 30°, qui prouve que les alluvions se sont déposées dans un lac (dépôt deltaïque).

 

Un dernier exemple, celui du Bois Bayard, versant nord du col homonyme.

Ici aussi il s'agit d'un sandur latéral de fin de glaciation würmienne, lorsque le glacier de la Durance ne franchissait plus le seuil Bayard et se contentait d'y envoyer les eaux latérales de sa rive droite.

Ces terrains sont moins riches que les dépôts glaciaires morainiques, car ils ne comportent pas d'éléments argileux. Ils sont donc occupés par le Bois Bayard (flèches blanches)

Le bois Bayard près de Gap dans les Hautes-Alpes

 

Mise à jour le Vendredi, 05 Août 2011 19:23