Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les formes d'ablation majeures
Formation des cirques glaciaires PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Mardi, 08 Février 2011 18:02
Version 104

N'ayant rien trouvé dans la littérature à ce sujet, nous proposons le schéma suivant pour la formation des cirques glaciaires :

Au début d'une glaciation, la neige, bientôt transformée en glace, vient s'accumuler en des lieux favorables des montagnes : vallons préexistants, combes à neige, ou niches de nivation. Dans une combe à neige, par exemple, la partie inférieure, de la combe se remplit de glace, les pentes supérieures, plus inclinées, demeurant exposées aux cycles gel-dégel, forme d'érosion périglaciaire. Au fil du temps, cette érosion les fait reculer, elles occupent successivement les positions 0, 1, 2, ...

Formation d'un cirque glaciaire

Le fond du cirque en formation est, quant à lui, soumis à une érosion moins intense, la glace ayant ici plutôt un rôle protecteur, du fait de son épaisseur et de sa vitesse assez faibles.

Le petit glacier joue cependant un rôle important, celui d'un tapis roulant chargé d'évacuer les éléments rocheux arrachés aux pentes supérieures par le gel -dégel.

Sans lui, ces éléments resteraient bloqués en bas des pentes supérieures et la combe à neige finirait par être occupée par un talus d'éboulis, après être passée par le stade moraine de névé.

Glaciation après glaciation, le cirque prend ainsi naissance. Parfois, les parois supérieures reculent à un point tel qu'elles atteignent le versant opposé de la montagne (trait en pointillés). Le cirque glaciaire est alors transformé en vallon glaciaire dépourvu de pentes supérieures, comme c'est le cas pour certains des vallons du Dévoluy ou encore, en Suisse, celui des Tours d'Aï.

Mais comment prennent naissance les combes à neige elles-mêmes ? Plusieurs modes de formation peuvent se présenter. Nous ne présenterons ici que le suivant, que nous avons rencontré tout récemment, dans la vallée du Buëch (Hautes Alpes) :

  • Presque au sommet du Quigouret (1729 m), le versant sud-est de la montagne présente une saignée longue d'une centaine de mètres et large de quelques mètres. Son fond est pavé de blocs de calcaire émoussés typiques d'une érosion par dissolution karstique.

Sommet du Quigouret

En ce mois de janvier 2007 peu enneigé, seuls quelques résidus de neige garnissent la saignée. Mais l'examen des sommets avoisinants montre que, par vent du nord ou du nord-ouest, des congères se déposent, parallèlement et à très peu de distance des arêtes est de ces montagnes.

Cette épaisseur plus grande de neige cause, lors de sa fusion, une érosion par dissolution plus intense que de part et d'autre. On conçoit qu'au fil des années, la saignée s'approfondit. Survient une glaciation et une combe à neige peut prendre naissance ici.

 

Un exemple de telles congères (ou ourlets de neige) sous le Mont Jovet (Savoie).

Congères sous le Mont Jovet en Savoie

Mise à jour le Mercredi, 19 Octobre 2011 19:41