Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les débâcles gigantesques PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Vendredi, 10 Décembre 2010 15:12
Version 84

Le lac Missoula et les Scablands

Vers la fin de la dernière glaciation la vallée de la Clark Fork River (Montagnes Rocheuses, USA) abritait un lac, le lac Missoula. Ce lac était retenu par une langue glaciaire descendue de la calotte de la Cordillère. Périodiquement, les eaux du lac emportaient le barrage, inondaient les plaines de piémont et transformaient le lit des rivières en de profonds canyons. Il s'agit là d'un phénomène assez répandu, dont on peut sans doute trouver des exemples dans nos Alpes.

Mais ici, il prenait des dimensions gigantesques, tous les superlatifs étant de mise, dans un continent qui n'en manque pourtant pas ! La hauteur du barrage de glace était de l'ordre de 600 m et la surface du lac Missoula qu'il retenait 7800 km², son volume étant estimé à la moitié de celui du lac Michigan.

On peut imaginer la violence du flot qui faisait suite à cette rupture du barrage, mais les chiffres dépassent vraiment l'imagination : le débit de la crue, en moyenne sur une semaine, était de 10 millions de mètres cubes par seconde, et le flot, haut d'une centaine de mètres, avançait à une centaine de km/h.

De plus, ce phénomène s'est répété 40 fois en 2000 ans, entre 15 000 et 13 000 BP. On imagine les ravages de ces crues (Missoula Floods) dans les plaines de piémont. Dans ce qui est à présent le nord est de l'État de Washington, une surface de 34 000 km² a été raclée jusqu'au bedrock : ce sont les Scablands ( de scab = pelé), dont voici deux images :

Une partie des Scablands au SO de Spokane (Washington, USA)

Image GoogleEarth

Voir avec Google Earth

(Si Google Earth n'est pas installé sur votre poste, suivez la procédure indiquée ici)

Au sud-ouest de Spokane (Washington, USA), voici une partie des Scablands (surface en bistre entre les collines cultivées).

Largeur de cette zone 50 km... mais il en existe d'autres ...

A plus grande échelle, un détail des Scablands, à l'intérieur desquels les surfaces sombres sont de petits lacs : il s'agit de gigantesques marmites de géant, mesurant jusqu'à 100 m de diamètre, et dans laquelle on peut parfois voir les traces de frottement des rochers qui les ont creusées.

Ailleurs, d'énormes blocs (pesant parfois 200 t), reposent sur des collines : ce sont des dropstones amenés par des icebergs.

Ailleurs encore, des rides d'oscillation (ripple marks), semblables à celles que l'on sent sous ses pieds à quelques mètres au large d'une plage de sable, mesurent 15 m de haut et sont espacées de 60 à 150 m.

Un détail des Scablands au SO de Spokane (Washington, USA)

Image GoogleEarth

Plus à l'aval, les crues ont creusé un énorme canyon, la Columbia River Gorge. Une cataracte, actuellement asséchée, les Dry Falls, mesure 5 km de large. C'était la plus grande chute d'eau de tous les temps prouvée géologiquement, dix fois la taille des chutes du Niagara. Son débit était dix fois supérieur à la totalité des débits normaux de tous les cours d'eau du monde.

Le canyon de Grand Coulee en aval des Dry Falls aux USA

Image Wikipédia

Voici, taillé par les Missoula Floods dans les épais basaltes des trapps de la Columbia, le canyon de Grand Coulee, en aval des Dry Falls.

Une autre débacle gigantesque en Amérique du Nord, celle du lac Agassiz est évoquée à la page  sur le Dryas.

Le lac de l'Altaï

Vestiges d'un lac actuellement desséché dans le massif de l'Altaï en Russie
Image GoogleEarth

En Russie, 600 km environ au sud-est de Novossibirsk, dans le massif de l'Altaï, se trouvent ces vestiges d'un lac actuellement desséché. Ici aussi, ce lac était d'origine glaciaire et s'appuyait sur un barrage formé par un glacier qui venait de « surger ».

Ici aussi, la vidange du lac s'est effectué en catastrophe. Bien que d'ampleur moindre que celle du lac Missoula, la crue s'est répandue sur plusieurs centaines de kilomètres, au moins jusqu'aux couloirs de déflation étudiés à la page sur les formes de déflation qu'elle a emprunté. La longueur du lac était de l'ordre de 20 km.

Coordonnées du lac : 45 U 569000 E 5560000 N.

Altitude : environ 1500 m.

   

Voici un agrandissement de la partie centrale du lac, rive gauche :

  • En 1, on peut distinguer les lignes de rivages successives du lac.

  • En 2, des rides d'oscillation (Ripple Marks), à l'échelle de la débâcle gigantesque.

Agrandissement de la partie centrale du lac ci-dessus
Images Google Earth
Mise à jour le Lundi, 30 Juillet 2012 14:41