Cliquez sur ce bouton +1 pour dire à vos amis que cette page vous a plu.    
Textes, croquis et photos (sauf mention contraire) Claude Beaudevin  e-mail Claude Beaudevin Présentation et mise en page Bruno Pisano  e-mail Bruno Pisano

  Certains mots à la signification spécifique sont écrits en bleu et soulignés en pointillés. Si vous laissez la souris dessus, une info-bulle affichera leur définition.

 
Les sillons glaciaires de Seyssinet-Pariset PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Claude Beaudevin   
Mercredi, 17 Novembre 2010 18:40
Version 108

Sur le territoire de la commune de Seyssinet-Pariset (Isère), accrochée au flanc est du Vercors, dans la banlieue grenobloise, un ensemble de sillons retient l'attention. Les plus bas d'entre eux sont bien connus [Monjuvent, 1973], ce sont ceux de la Combe Vallier, du Désert de l'Ecureuil et du Désert de Jean-Jacques Rousseau.

Les Déserts de Jean-Jacques Rousseau et de l'Ecureuil vus de Seyssinet-Pariset

Les Déserts de Jean-Jacques Rousseau (1) et de l'Ecureuil (2), vus de Seyssinet-Pariset.

 
Le Désert de l'Écureuil.
Le Désert de l'Écureuil

On considère classiquement ces sillons comme creusés lors des phases de décrue glaciaire, car l'étagement de leurs altitudes, de 350 à 460 m, les positionne très en dessous du niveau de la surface du glacier würmien (1150 mètres sur la cuvette grenobloise).

Mais au-dessus de cet ensemble, existe un ultime sillon rocheux, celui du ruisseau du Bouteillard, particulièrement remarquable, car large par endroits de 600 mètres environ, ce qui en fait le plus important de tous les sillons rocheux que nous avons rencontrés, même si ce n'est pas le plus spectaculaire, encombré qu'il est par les dépôts glaciaires.

Les sillons de Seyssinet-Pariset

Les sillons de Seyssinet-Pariset

 

 

Légende :

1 = Combe Vallier

2 = Désert de l'Ecureuil

3 = Désert de Jean-Jacques Rousseau

4 = Le Bouteillard

L'origine de ce sillon du Bouteillard est étudiée à la page sur le lac du Trièves.


Mise à jour le Samedi, 21 Février 2015 16:48